Parlez-vous Green ?

Bonjour et merci d’être fidèle au rendez-vous !

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous ; peut-être parlez-vous couramment le jargon Green cher aux journalistes et à nos politiciens ? Si vous naviguez dans ce langage comme un poisson dans l’eau, passez cet article, nous nous retrouverons dans quelques jours. Si vous êtes moins sûr de vous, voici un petit lexique qui vous sera peut-être utile.

GIEC : Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (en anglais Intergovernmental Panel on Climate Change, ou IPCC). C’est un organisme intergouvernemental créé en 1988 par l’Organisation Météorologique Mondiale et le Programme pour l’Environnement des Nations Unies, à la demande du G7 (groupe des 7 pays les plus riches). Ouvert à tous les pays membres de l’ONU, le GIEC regroupe actuellement 195 états, soit la quasi-totalité des états existants (les membres du GIEC sont en effet des états, et non des experts scientifiques). Le GIEC n’est donc pas en lui-même un organisme de recherche, mais un organisme qui effectue une évaluation et une synthèse des travaux de recherche menés dans les laboratoires du monde entier.

A ce propos, lire dans l’article de Jean-Marc Jancovici son excellente réponse à la question « Faut-il croire le GIEC ? »

GES : gaz à effet de serre. Principalement le dioxyde de carbone (CO2), le méthane et le protoxyde d’azote. Nos émissions sans cesse croissantes de GES sont à l’origine du réchauffement climatique.

Origine ou cause anthropique : provenant de l’homme ou causé les activités humaines. Par exemple, le réchauffement climatique a une origine anthropique clairement établie.

Equivalent CO2 : Les différents gaz à effet de serre ont chacun un pouvoir de réchauffement global différent, l’étalon étant le CO2. L’équivalent CO2 (eq CO2 ou CO2 eq en anglais) est une unité créée par le GIEC : chaque gaz à effet de serre autre que le CO2 s’est vu attribuer un « équivalent » en CO2 qui a le même potentiel de réchauffement sur une période donnée. On peut ainsi additionner tous les gaz à effet de serre et rendre compte en un seul chiffre de l’impact d’un pays/d’une activité/d’une entité.

Puits de carbone : Un puits de carbone est un réservoir qui absorbe et stocke le CO2 atmosphérique, contribuant ainsi fortement à limiter le réchauffement climatique. Les principaux puits de carbone naturels sont les océans et les forêts. Il existe aussi des projets de puits de carbone artificiels, très coûteux et encore à un stade expérimental.

Neutralité carbone : la neutralité carbone consiste en un équilibre entre les émissions de gaz à effet de serre anthropiques et leur absorption via les puits de carbone naturels, auxquels pourraient  s’ajouter des puits artificiels. La France s’est donné comme objectif d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.

Empreinte carbone : l’empreinte carbone correspond à la quantité totale d’émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité ou aux pratiques d’une personne, d’un groupe ou d’une organisation. L’empreinte carbone moyenne d’un Français est d’environ 11 tonnes d’éq CO2 par an.

Décarbonisation : la décarbonisation (en anglais decarbonation) est l’ensemble des mesures et techniques qui visent à réduire la teneur en CO2 des énergies, voire d’une économie entière.

Energies décarbonées : ensemble des énergies peu émettrices de CO2, c’est-à-dire d’une part les énergies renouvelables (énergie solaire, éolienne, hydraulique, marine, géothermie…), et d’autre part l’énergie nucléaire.

Energie propre : une énergie propre (ou verte), est une source d’énergie dont l’exploitation ne produit que des quantités négligeables de polluants. L’énergie nucléaire, avec ses déchets polluants, est une énergie décarbonée mais pas une énergie propre.

Efficacité énergétique : l’efficacité énergétique désigne l’ensemble des technologies et pratiques qui permettent de diminuer la consommation d’énergie tout en conservant le même service ou résultat final. C’est notamment le progrès technique qui permet d’améliorer l’efficacité énergétique.

COP (21, 22, 23, 24, 25…) : une COP est une « Conférence des Parties », les « Parties » étant les différents pays du monde (presque tous) qui adhèrent à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, instituée par l’ONU en 1992. Les représentants des « Parties » se rassemblent une fois par an depuis 1995. La COP 21, qui s’est tenue en France en 2015, a marqué un tournant majeur, concrétisé par l’Accord de Paris. La prochaine COP, la COP 25, se tiendra à Madrid du 2 au 13 décembre 2019.

Accord de Paris : L’Accord de Paris est un engagement mondial pour contenir le réchauffement climatique. Il a été approuvé par 196 pays à Paris, lors de la COP 21, le 12 décembre 2015. Il fixe l’objectif de contenir d’ici à 2100 le réchauffement climatique « bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels » et de « poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5°C ».

Investissements verts / Investissements marron : les investissements verts qualifient les investissements qui ont pour objectif de favoriser la transition énergétique et d’atténuer l’empreinte écologique. A l’opposé, les investissements marron sont ceux qui favorisent les industries et activités polluantes ou à forte intensité carbone.

A bientôt pour un prochain article !

*****

3 commentaires sur “Parlez-vous Green ?”

  1. Pour l’adjectif « décarbonné » je crois qu’il faut entendre (aussi?) sans origine fossile. Charbon, bien sûr, mais surtout pétrole et gaz fossile. A noter que les plastiques sont eux aussi issus du pétrole, ce qui fait que nous mangeons de la « pierre », c’est-à-dire que nous mangeons notre terre, ce que nous ne pourrons jamais remplacer. (Commentaire insuffisamment étayé, peut-être verrez-vous cependant à quoi je fais référence).

    1. Oui, bien sûr « décarboné » signifie sans énergies fossiles, puisque ce sont elles qui produisent du CO2.
      Pour le plastique, je ne connais pas exactement les parts respectives du pétrole utilisées comme énergie et comme matière première (essentiellement pour produire du plastique). Mais je suis bien d’accord, continuer à utiliser du pétrole à tout va pour fabriquer des objets en plastique, souvent à usage unique, n’a pas de sens.

  2. Ping : Zoom sur les puits de carbone naturels - Notre planète le vaut bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *