Explorer les liens énergie-climat avec Jean-Marc Jancovici

Bonjour et merci d’être là aujourd’hui !

Peut-être êtes-vous déjà familier de la pensée de Jean-Marc Jancovici ? Dans ce cas, cet article n’est pas pour vous… Sinon, je vous propose de faire connaissance avec cet ingénieur polytechnicien, membre du Haut Conseil pour le Climat.

Connu pour son travail de sensibilisation sur les thèmes de l’énergie et du climat, il est co-fondateur et associé de Carbone 4, cabinet de conseil en stratégie climat, fondateur et président du think tank The Shift Project et professeur à Mines ParisTech.

Si vous vous intéressez un peu sérieusement au climat, explorer les liens entre énergie et climat est à peu près incontournable et pour cela, Jancovici est la personne ad hoc. Il a lui-même tout récemment synthétisé ses positions, le 20 mai dernier, au Centre des Jeunes Dirigeants, dans un webinaire intitulé Le COVID et après ?

En gros, voici ce qu’il dit :

1. Le réchauffement climatique est fonction directe de la quantité totale de CO2 émise dans l’atmosphère, elle-même fonction de l’utilisation des énergies fossiles (charbon, gaz, pétrole). Or, selon Jancovici, l’économie toute entière des pays occidentaux est fondée sur les énergies fossiles disponibles de façon abondante et à bas prix. Ce sont elles qui nous ont permis de faire fonctionner un nombre sans cesse croissant de machines, dont la puissance est incommensurablement supérieure à la puissance des muscles de la totalité de l’humanité. Ce sont les énergies fossiles, en faisant fonctionner un grand nombre de machines, qui ont fait notre puissance et permis la croissance mondiale, au point que le PIB mondial est une fonction linéaire de la consommation d’énergie fossile.

2. Les quantités de CO2 dans l’atmosphère continuent à monter régulièrement, sans aucun ralentissement de la courbe. Nous ne sommes pas en train de faire trop peu ou pas assez pour le climat, nous ne faisons RIEN, ou rien de significatif. Les diverses COP de Berlin, Kyoto, Copenhague, Paris… n’y ont rien changé.

3. En ce qui concerne le réchauffement climatique, toute décision que nous prenons aujourd’hui n’aura aucun effet pendant les 20 ans à venir. Le réchauffement qui va survenir d’ici 20 ans est déjà joué. Un réchauffement de 1,5° adviendra quoi qu’on fasse.

4. Nous pouvons par contre jouer sur le réchauffement qui surviendra à partir de 2040 et tenter de limiter sa trajectoire à 2° à la fin du siècle. C’est (peut-être) encore jouable, à condition de s’y mettre dès aujourd’hui et de faire baisser les émissions de 4% par an à partir de maintenant jusqu’à à 2050, soit l’équivalent d’un covid tous les ans.

5. Un point fondamental : 2 degrés de réchauffement, ce n’est pas 2 fois plus grave que 1 degré, mais « peut-être 200 fois plus grave ». Avec un réchauffement de 4°, il y aura de vastes zones de la planète où on ne pourra plus se tenir à l’extérieur la majeure partie de l’année, ce qui entraînera des déplacements massifs de populations, avec guerres à la clé. Parallèlement, l’humidité des sols baissera, avec des rendements agricoles en chute libre. Selon le GIEC, à partir de 2-3° de réchauffement, ce sera l’insécurité alimentaire généralisée sur terre. Avec un réchauffement de 4°, ce sera donc la guerre, les famines et la barbarie absolument partout et les démocraties auront évidemment sombré. Il s’agit d’un paysage apocalyptique et non juste d’enlever un pull.

6. L’énergie nucléaire, très peu émettrice de CO0, doit être maintenue, car il ne faut pas compter outre mesure sur les énergies renouvelables pour remplacer les énormes quantités d’énergies fossiles que nous consommons actuellement. Il est en effet difficilement concevable de couvrir la planète d’éoliennes et de panneaux solaires, sans compter qu’ils fournissent une énergie intermittente, très difficilement stockable, donc non disponible à tout moment.

7. Si on veut émettre beaucoup moins de CO2, il n’y a pas d’autre choix que de beaucoup moins utiliser les énergies fossiles, ce qui signifie choisir d’entrer volontairement en récession. Si on ne le fait pas on ne sauvera pas le climat et on finira avec des perturbations environnementales majeures, aux conséquences apocalyptiques. Et ce choix d’entrer en récession, c’est dès aujourd’hui qu’il faut le faire. Accessoirement, dixit Jean-Marc Jancovici, « ce n’est pas le monde libéralisé d’aujourd’hui qui sera capable de gérer un effort de cette nature ».

Annexes

Si vous voulez aller plus loin que ce survol rapide (j’ai par exemple laissé de côté le thème important du pic pétrolier et le thème non moins important de l’énergie nucléaire) voici des liens vers différentes vidéos de Jean-Marc Jancovici :

Je vous recommande également la lecture de son ouvrage « Dormez tranquille jusqu’en 2100 ».

*****

9 commentaires sur “Explorer les liens énergie-climat avec Jean-Marc Jancovici”

    1. Bienvenue, Voltigeur.
      Ce monsieur défend des positions mûrement pesées et solidement argumentées. Je ne pense pas qu’il soit « pro nucléaire », il dit juste que ce sera extrêmement difficile de réduire dans de grandes proportions notre consommation d’énergies fossiles, et que ce sera encore plus difficile si nous renonçons en plus au nucléaire. Mais effectivement, cette prise de position de sa part lui vaut de nombreuses critiques.

  1. Je ne comprends pas l’intérêt de votre blog, vous commencez un sujet mais ne l’approfondissez jamais et passez à un autre. Vous vous adressez à qui exactement ?

    1. Bonjour Voltigeur,
      Je ne suis pas journaliste d’investigation (à supposer qu’il y en ait encore beaucoup…). J’ai juste souhaité rassembler dans ce blog de l’information facilement accessible à tout moment pour les personnes qui se soucient de l’avenir de la planète, mais n’ont pas toujours le temps ou la patience de faire des recherches pour être bien informés. J’ai souhaité également pouvoir donner quelques pistes d’action.
      Libre à chacun d’aller plus loin que les articles en se référant aux liens que je propose. Libre à chacun aussi de ne pas venir du tout sur mon blog !

  2. Eh bien moi, Voltigeur, je vois très bien l’intérêt de ce blog : c’est de me donner des éclairages différents et toujours instructifs par rapport à l’urgence climatique et à la préservation de la planète.
    Je pense que l’information est primordiale en la matière, mais il n’est pas toujours facile de savoir où s’informer ni par quel bout prendre les choses. Sans compter que je n’ai pas toujours le temps de m’informer comme je le voudrais. Pour ma part, j’apprends beaucoup de choses en étant abonnée à ce blog. Merci Ileana, continuez comme ça !

  3. Pour ma part, je suis une fidèle lectrice de ce blog depuis plusieurs mois. Il représente pour moi une bonne source d’information et donne aussi des idées concrètes pour agir (par exemple les plantes mellifères ou calculer son empreinte carbone). Bien que me sentant très concernée par la planète que je vais léguer à mes enfants, j’étais assez ignorante au départ et ce blog comble mes lacunes, un pas après l’autre, donc je suis en faveur de la diversité des sujets abordés.

  4. En évoquant la position pro-nucléaire de JM Jancovici, il était inévitable que vous vous attiriez des commentaires outrés. Mais à y bien réfléchir, Jancovici a raison, ce n’est pas le moment de se passer du nucléaire, même si, personnellement, je suis plus optimiste que lui sur les énergies renouvelables. Ma position est que tout ce qui peut nous aider à utiliser moins d’énergies fossiles est bon pour le climat, y compris le nucléaire et même si celui-ci me fait peur, comme à presque tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *